C’est quoi un trouble du langage expressif réceptif ?

Trouble du langage expressif réceptif

Les troubles du langage réceptif sont liés à la capacité de comprendre des mots, des phrases et des actes de parole, et les troubles du langage expressif sont liés à la production de la parole.

Les enfants atteints d’un trouble du langage réceptif peuvent avoir du mal à comprendre ce que les autres leur disent. En savoir plus si vous soupçonnez votre enfant d’être dyslexique.

Il se peut que l’enfant montre des signes de confusion et d’incompréhension en classe, qu’il ne suive pas les instructions verbales à la maison, qu’il ait des difficultés à s’entendre avec ses camarades ou qu’il ait simplement du mal à traiter le discours dans une conversation directe. Il peut se fier excessivement à la lecture des expressions faciales et éprouver des difficultés particulières avec les phrases complexes.

Les enfants souffrant d’un trouble du développement du langage expressif ont souvent des difficultés à s’exprimer. Ils peuvent produire des énoncés incohérents avec une grammaire incorrecte ou un vocabulaire inapproprié. Leurs actes de parole peuvent contenir des faux départs, manquer de cohésion ou être à la traîne, et ils peuvent s’appuyer sur des stratégies de messages simplifiés qui les empêchent de traduire en langage des niveaux de pensée et de raisonnement plus complexes.

Dans un trouble mixte du langage expressif réceptif, la capacité d’un individu à comprendre et à produire un discours est affectée.

Troubles du langage vs. lésions cérébrales

Les troubles du langage expressif réceptif mixte peuvent être acquis à la suite d’un accident vasculaire cérébral ou d’une lésion cérébrale, ou peuvent être liés au développement.

Les troubles peuvent être plus ou moins graves et, parce qu’ils existent sur un spectre, il n’y a pas deux individus qui se battent exactement de la même manière. Certains peuvent avoir plus de difficultés à comprendre le langage parlé qu’à le produire, et d’autres peuvent éprouver le même niveau de difficulté dans les deux sens de la communication.

On estime que 6 % des enfants âgés de 5 ans et plus sont aux prises avec des troubles du langage. Les troubles du langage diffèrent des retards de langage en ce sens que les enfants présentant un retard passent par les mêmes étapes qu’un enfant au développement normal et finissent par rattraper leurs pairs.

Les enfants qui souffrent de troubles du langage ne se débarrassent pas nécessairement de leurs problèmes de communication sans intervention, telle que la thérapie par la parole. C’est pourquoi plus tôt les troubles de traitement du langage sont détectés, mieux c’est, pour éviter qu’un enfant ne prenne du retard à l’école et ne développe une faible estime de soi ou une faible confiance en soi en raison d’une difficulté de communication linguistique.

Les chercheurs pensent que les chances d’un enfant d’avoir un trouble du développement du langage sont liées aux antécédents familiaux et ont identifié plusieurs gènes qui peuvent être impliqués dans les difficultés de traitement de la parole et du langage.

Il n’est pas rare non plus que des troubles mixtes du langage expressif et réceptif coexistent avec des difficultés liées à l’attention comme le TDAH, le TDA, les TTA ou encore avec un trouble du spectre autistique (TSA).

Ils peuvent être présents en l’absence ou en plus d’une déficience auditive, d’une faiblesse musculaire, comme dans la dysarthrie, et de problèmes de motricité qui affectent la coordination et la planification des actes de parole, comme dans l’apraxie de la parole. Ce qui les différencie, c’est que la dysarthrie et l’apraxie de la parole n’affectent généralement pas à elles seules la capacité d’un individu à comprendre la parole.

Dépistage d’un trouble du développement du langage

Certains problèmes de réceptivité et de productivité peuvent être mis en évidence lors d’un dépistage général des compétences linguistiques, il est recommandé d’effectuer un dépistage plus poussé si l’on soupçonne un trouble du langage.

Un enfant peut avoir de mauvaises performances dans une tâche productive, comme la dénomination d’une image, ou fournir des réponses à des questions directes qui montrent qu’il ne comprend pas l’invite.

Un orthophoniste peut effectuer une batterie de tests plus large, qui comprend souvent une évaluation de la parole de l’enfant. Il examinera les caractéristiques lexicales du discours, y compris l’étendue et la profondeur du vocabulaire parlé, si l’enfant cherche des mots ou s’appuie trop sur des parties du langage, ainsi que la grammaticalité des phrases utilisées et la capacité de l’enfant à assembler des mots en un message cohérent.

Un diagnostic est généralement établi lorsque l’enfant obtient des résultats inférieurs à la moyenne et obtient de mauvais résultats aux batteries de tests linguistiques par rapport aux mesures non verbales des capacités, telles que le raisonnement spatial et cognitif.

Une note sur les troubles du langage expressif

Lorsqu’un enfant a du mal à exprimer ses pensées mais ne se débat pas avec la compréhension, on parle simplement d’un trouble du langage expressif. Les cas graves sont parfois apparents chez les enfants de plus de 2 ans, mais les formes plus légères peuvent ne pas être visibles tant que les problèmes de communication ne perturbent pas l’apprentissage et l’interaction sociale à l’école.

Il est important de garder à l’esprit que les enfants souffrant de troubles du langage expressif ne sont pas moins intelligents que leurs camarades, ils ont simplement du mal à négocier les mots dans le langage parlé.

En outre, chaque enfant est unique et il n’existe pas d’approche unique pour aider les apprenants à surmonter les difficultés que pose un trouble de la communication. Les parents et les enseignants peuvent souhaiter proposer une combinaison de thérapies linguistiques, l’accès à des aménagements appropriés et/ou une formation aux stratégies d’adaptation.

Le traitement dépendra également de la rapidité avec laquelle le trouble est détecté, de la gravité des symptômes et du pronostic de guérison si les symptômes sont dus à une lésion cérébrale.

Comment les troubles du langage affectent les enfants à l’école et à la maison

Répercussions émotionnelles et sociales

Les êtres humains sont des créatures sociales. Ainsi, lorsque les capacités d’expression d’un enfant sont altérées, cela peut avoir des répercussions dans de nombreux domaines de sa vie, qu’il s’agisse de stresser les relations avec les soignants et les enseignants ou d’affecter sa capacité à se faire des amis à l’école et/ou à participer à des activités de groupe.

Par exemple, les enfants souffrant de troubles du langage réceptif non diagnostiqués peuvent souvent avoir des problèmes parce qu’ils ne suivent pas les instructions ou sont perçus comme ayant délibérément choisi de ne pas faire ce qu’on leur dit. En réalité, le fait de ne pas répondre à des instructions verbales peut être dû à un manque de communication ou à un défi intentionnel. Les mêmes problèmes peuvent être observés sur le terrain de jeu lorsque les discussions avec d’autres élèves sont plus susceptibles de se produire à la suite de malentendus, et les enfants peuvent devenir la cible d’intimidation en raison de leurs compétences linguistiques.

Avec le temps, les troubles du langage réceptif et expressif qui ne sont pas traités peuvent entraîner une faible estime de soi et des changements de comportement. L’incapacité à communiquer ses désirs et ses besoins peut entraîner de la frustration, des explosions émotionnelles et un comportement agressif. L’embarras causé par les troubles du langage perçus peut également amener les enfants à se replier sur eux-mêmes et à perdre confiance en eux.

Certains enfants peuvent se croire moins intelligents ou moins compétents que leurs camarades. Ils peuvent être démotivés à l’école et peuvent être confrontés à la dépression. C’est pourquoi il est si important de leur apporter un soutien émotionnel et de leur enseigner des techniques de communication efficaces.

Impact à l’école

enfant dyslexique à ecoleLes difficultés de communication conduisent souvent à des résultats scolaires insuffisants.

Une grande partie de l’éducation précoce est centrée sur la capacité à négocier la langue parlée et écrite. Si un enfant ne peut pas assimiler le contenu d’une leçon donnée par un enseignant, il aura du mal à prendre des notes et risque d’avoir de mauvais résultats dans ses devoirs. Le travail en groupe peut être particulièrement difficile.

S’il ne peut pas exprimer ses pensées, un enfant peut hésiter à participer aux discussions en classe, ou voir ses contributions rejetées en raison de réponses non pertinentes ou peu claires. Il peut être pratiquement impossible de se lever et de faire des rapports oraux. De plus, un vocabulaire limité en raison de capacités réceptives médiocres peut avoir un impact sur la capacité d’un élève à comprendre et à apprendre de nouveaux mots en lecture, et à construire des phrases complexes par écrit.

Cependant, avec les adaptations appropriées, il est possible de créer un environnement de classe qui soit propice à l’apprentissage et qui fournisse un soutien supplémentaire. Par exemple, les enseignants peuvent inclure des invites visuelles pour accompagner le contenu délivré oralement. Avoir accès à des notes de synthèse peut aider un enfant à suivre une leçon. L’enregistrement des discussions en classe et l’utilisation de la technologie de synthèse vocale pour créer des transcriptions écrites peuvent permettre à l’apprenant de revoir le contenu d’une leçon après coup, et dans un cadre d’enseignement spécial. Le fait de répéter l’exposition et de disposer de plus de temps pour traiter les mots peut faciliter la compréhension ; cela peut également aider l’enfant à enrichir son vocabulaire.

Il est essentiel d’adapter les systèmes de notation afin que l’enfant soit évalué sur la base de ses connaissances et de la qualité de son expression verbale. De plus, il est important de trouver des moyens d’aider un enfant à démontrer et à développer ses points forts. Par exemple, ces enfants peuvent être très créatifs et/ou doués musicalement et artistiquement. Ils peuvent être de futurs mathématiciens ou avoir un sens aigu du raisonnement spatial et apprécier la capacité à travailler sur des projets de construction ou de mécanique. Plus un enfant a de possibilités de réussir, plus il est facile de lui donner confiance et de maintenir sa motivation, ce qui est particulièrement important étant donné que ces enfants peuvent devoir travailler plus dur que leurs pairs pour réussir à l’école.

Conseils aux enseignants

Modifier la pratique en classe

Évitez de demander aux apprenants de donner des réponses à l’oreille devant la classe, fournissez des indices visuels et textuels pour soutenir l’apprentissage, envisagez soigneusement les stages en groupe et en binôme.

Ajustez les mesures d’évaluation

Trouver des alternatives aux exigences de présentation orale et fournir des notes basées sur le contenu des réponses orales par rapport à la qualité de l’enseignement.

Rendre l’apprentissage multi-sensoriel

L’apprentissage multimodal consiste à présenter le matériel par le biais de divers canaux sensoriels et peut contribuer à l’assimilation et à l’acquisition. La combinaison d’invites visuelles, auditives et tactiles peut être particulièrement utile pour le développement des compétences en matière de lecture et d’écriture chez les enfants qui souffrent de troubles mixtes de la réception et de l’expression.

Faciliter les compétences langagières expressives

Utilisez des documents qui aident l’enfant à planifier ce qu’il veut dire et à organiser ses réponses à l’avance, suggérez des mots de vocabulaire avec lesquels il peut travailler pour susciter des réponses orales, offrez des possibilités de s’engager dans le langage d’une manière multisensorielle.

Utiliser la technologie pour soutenir l’apprentissage

Utiliser efficacement les technologies de synthèse vocale et de conversion de la parole en texte, utiliser des dispositifs d’enregistrement et des programmes d’apprentissage sur ordinateur.

Aidez-les à trouver leurs points forts

Aidez un enfant à découvrir ses talents cachés et créez des opportunités pour lui permettre de démontrer ces forces et de réussir.

Lorsqu’un trouble mixte du langage expressif et réceptif se manifeste en même temps que des difficultés d’attention ou de l’autisme

La cooccurrence des troubles de l’attention et de l’autisme avec TDAH. Il n’est pas rare que des difficultés d’attention et des troubles du langage et de la communication se manifestent conjointement. Les chercheurs estiment qu’au moins 50 % des enfants diagnostiqués avec un TDAH ont des difficultés à s’exprimer oralement.

Certaines études ont montré que les problèmes de langage sont plus fréquents dans le sous-type hyperactif/impulsif.

Ces problèmes peuvent rendre encore plus difficile pour les parents et les enseignants de savoir comment aider un enfant qui a du mal à être attentif et à suivre les instructions.

Vous vous demandez peut-être si c’est un manque de concentration ou un manque de compétences linguistiques réceptives qui est à l’origine du problème.

Lorsque les capacités d’expression sont altérées, il peut être plus difficile pour un enfant qui a du mal à s’exprimer de participer aux discussions en classe. Pour les apprenants qui souffrent d’hyperactivité, d’impulsivité et de problèmes de production du langage, cela peut entraîner des réprimandes comportementales à l’école.

Avec l’autisme

Un trouble du langage peut exacerber les difficultés de communication des personnes autistes, qui peuvent déjà trouver la parole et l’interaction sociale difficiles. Il peut être particulièrement difficile pour eux de discuter de leurs sentiments et de communiquer leurs besoins, et dans ces cas, le recours à la technologie peut être particulièrement utile.