L’intrapreneuriat consiste en un modèle spécifique d’organisation en interne. Il accorde à une poignée de privilégiés (les intrapreneurs) une indépendance et une liberté d’action totale en vue de développer un projet spécifique au sein du groupe. À travers le programme, les entrepreneurs internes démontrent leur potentiel et leurs compétences.

Cette pratique fait aujourd’hui couler de l’encre, car 72% sur 4000 personnes interrogées se disent s’y intéresser, d’après une étude récente de Deloitte, avec Viadéo et Cadremploi. C’est d’ailleurs sur ce créneau que se positionnent depuis 10 ans une poignée d’entreprise comme Vianeo qui aide la direction à structurer ce type de programme. Comment faire pour entreprendre un tel programme ? Voici les secrets du succès d’un projet d’intrapreneuriat.

Se poser les bonnes questions

Un programme d’intrapreneuriat est un projet de grande envergure qui nécessite une introspection :

  • de quelle manière allez-vous démarrer votre projet intrapreneurial ?
  • sur quels critères saurez-vous qu’il faut poursuivre votre projet ?
  • quels équipements ont été mis à votre disposition ?
  • quelles mesures ont été prises dans le cadre du lancement de votre programme ?
  • quelles organisations ont été élaborées pour faciliter votre projet ?
  • quelles approches comptez-vous adopter pour mener à bien votre programme d’intrapreneuriat ?

De ces réflexions naîtront les théories de votre futur programme, vos stratégies, vos moyens et vos ambitions.

Choisir le meilleur dispositif d’accompagnement

Vous avez le choix entre 3 dispositifs d’accompagnement :

  • une équipe informelle ;
  • des programmes de formation ;
  • un accélérateur interne.

L’équipe informelle est un groupe formé spécialement pour vous aider à développer votre projet. Sa mission est de vous épauler et d’accélérer les démarches d’élaboration du programme. Quand celui-ci arrive à son terme, l’équipe pourra être dissoute ou assignée à une nouvelle tâche.

Les programmes de formation se traduisent par des séminaires et des enseignements théoriques et pratiques destinés à l’intrapreneur. Les cours sont orchestrés par les dirigeants de l’entreprise, en compagnie de formateurs externes et d’une communauté de jury.

L’accélérateur interne renvoie à une structure spécialisée à l’accompagnement de l’intrapreneur. Elle met à sa disposition une équipe et un espace dédié à l’accueil et à la maturation du projet.

Prendre son mal en patience

Monter un programme d’intrapreneuriat est un travail de longue haleine et chronophage. Il nécessite une préparation en amont. Son lancement prend entre 2 à 3 ans.

Dans la phase préparatoire, vous devez inspecter les priorités, les finalités et les principes de fonctionnement. Vous devez aussi tenir compte du budget global, des forces, des points faibles et des risques du projet.

Le lancement du projet intrapreneurial s’apparente à la création d’une startup. C’est pourquoi la patience et la persévérance sont de rigueur.

S’entourer des bonnes personnes

Les services de managers spécialisés en intrapreneuriat sont de mise. Ils maitrisent les arcanes qui régissent l’activité. Ils organisent le déroulement du programme sous les meilleurs auspices. Leur appui et leur expérience vous aideront à contourner les pièges et à gagner du temps.

Leur rôle est aussi de gérer les ressources mises à votre disposition, d’administrer les éventuelles carences en ressources et de renforcer vos compétences. En bref, leurs objectifs sont d’encadrer et d’assurer la bonne marche du projet jusqu’à son terme.

Aligner les intérêts des membres de l’équipe dans le programme

Chaque acteur concerné doit comprendre l’intérêt d’investir au sein du programme, il en va de la réussite du projet. Dans cette optique, les parties prenantes s’accordent sur des objectifs communs. De ces ambitions découleront les stratégies communes à mettre en place.

Par ailleurs, une concertation entre les structures de l’entreprise est indispensable. Les échanges permettront de déterminer les notions qui concernent de près ou de loin au programme d’intrapreneuriat : taille de l’équipe à mobiliser, temps mis à disposition, modalité d’accompagnement, budget alloué…